Citroën est en train de préparer une nouvelle Méhari

Quarante-sept ans après le lancement du premier véhicule, Citroën va présenter le nouveau concept de la prochaine Méhari. Le constructeur va reconcevoir une voiture de loisir découvrable qui hérite beaucoup du C4 Cactus.

Pour le moment, il ne s’agit pas de production, mais de fabrication. Ainsi, le véhicule dont le concept devrait être présenté durant le salon de Francfort pourrait être fabriqué près des lignes de production du C4 Cactus à Villaverde. Le modèle simple et coloré, d’allure sympathique est fait pour insuffler dans l’esprit du public la nouvelle identité de la marque Citroën. Il y a un an, le C4 Cactus, un petit break-SUV aux lignes arrondies s’est chargé d’en ouvrir la voie. Selon des sources internes à la marque, il était prévu d’en produire 100 à 120 000 unités par an. Pourtant, la directrice générale de Citroën, Linda Jackson parlait récemment d’une production annuelle de 80 000 unités. La raison est que le C4 Cactus a du mal à se faire un nom dans le marché de l’automobile à cause de son originalité.
 

De nouveaux éléments de style


Suite à son divorce avec DS, la marque aux chevrons a dû faire sans les quelques attributs ayant fait auparavant son identité, tels que la haute technologie ou l’avant-gardisme. Le constructeur devra donc se recréer en misant sur des voitures de détente calmes et sereines et non agressives. Les caractéristiques principales sont la simplicité avec des commandes intuitives, un espace intérieur agréable, le confort, la luminosité et les couleurs. En effet, comme il ne peut plus s’appuyer sur des origines haut de gamme telles que la DS 19, la CX ou la SM, Citroën exploite dorénavant son patrimoine de petites voitures. La Citroën Méhari en fait partie.

A l’origine, c’était une voiture de plein air sur base d’une 2CV et intégrant deux places ou quatre en option. Elle s’est dotée du célèbre bicylindre à plat de 602 cm3 refroidi par air. Produite en 1968, sa présentation devrait se situer entre les évènements de mai 1968 à 1987. Auparavant, sa carrosserie était faite en plastique ABS qui ne supportait pas l’épreuve du temps. En ce temps, ses concurrents étaient la Renault Rodéo sur base de la R4 ou la mini Moke de BMC. En dépit de sa notoriété, la Méhari ne connaissait pas le succès commercial escompté, car elle n’était produite qu’à 145 000 unités en 20 ans.

 

La longue histoire de la Méhari


Afin d’assurer la transition entre l’ancienne Jeep produite sous licence par Hotchkiss et la Peugeot P4, le 4x4 Mercedes G doté d’un moteur tricolore, la Méhari a été commandée en 7 000 exemplaires par l’armée française en 1972. Plus tard, de 1979 à 1983, une version 4x4 a été intégrée au catalogue. Pas plus de 1 213 de ce rare véhicule 4x4 ont été produits, car son prix restait très élevé en dépit de ses faibles performances. Vers 2003 jusqu’en 2010, la marque aux chevrons a déjà essayé de le remettre au goût du jour avec le C3 Pluriel, basé sur la première C3 et produite à 110 000 unités au sein de l’usine de Villaverde. Le modèle était intéressant, mais son fonctionnement trop complexe. On ne peut la décapoter sans avoir enlevé les lourdes arches de toit qu’il fallait ranger. Si par malheur il pleuvait en cours de route, on ne pouvait tout simplement pas remettre en place son toit. En outre, la finition était de très mauvaise qualité.

Pour cette fois-ci, Citroën entend réussir à l’approche de 2017.