Scandale Volkswagen : le groupe PSA se dit « clean »

Le 26 octobre 2015, le titre Peugeot avance de 2,3% pour le troisième trimestre. Puis, au milieu de ce rebond, le président du directoire de PSA Peugeot Citroën s’est montré rassurant concernant l’affaire Volkswagen.

PSA se veut rassurant sur le scandale anti-pollution


Les chiffres d’affaires de PSA ont progressé de 3,2% au troisième trimestre 2015. Voilà un résultat prometteur qui ravit les investisseurs, suite à la publication trimestrielle claire. Du coup, le groupe a tenu à assurer qu’il n’est pas concerné par l’affaire Volkswagen. Le numéro un de PSA Peugeot Citroën a en effet ordonné aux équipes d'ingénierie du groupe de mener des travaux de vérification sur les contrôles anti-pollution afin d’apporter des propositions d'amélioration. Le constructeur a indiqué que les publications récentes sur le contrôle anti-pollution mettent en avant l'importance du processus de conformité ainsi que sa bonne application. C’est dans ce sens qu’il dit avoir procédé à une révision fondamentale de sa situation quant aux polluants et aux consommations de carburant. Il a tenu à faire remarquer qu'aucun de ses modèles n'a jamais été équipé de logiciel permettant de déformer les résultats de ses véhicules en matière de rejet de gaz à effet de serre. La marque a rappelé en même temps que 4.300 voitures ont été prélevées de façon aléatoire en usine en 2014 afin de vérifier leur conformité en termes d'homologation.

 

PSA, meilleur élève ?


Par ailleurs, il insiste que le constructeur a été le premier à avoir généralisé l'usage de la technologie SCR « Blue HDi », sur tous ses modèles particuliers diesel Euro6. Le groupe a insisté que ce système de dépollution, pour lequel PSA a déposé une centaine de brevets, est reconnu dans plusieurs publications comme étant la technologie la plus performante pour le traitement des oxydes d'azote. En effet, il s'est finalement engagé à publier les consommations en utilisation client pour ses principaux véhicules sous le contrôle d’un tiers, un organisme indépendant. Par la même occasion, Peugeot entend mettre en œuvre des dispositions techniques permettant d’anticiper la future procédure WLTP, aujourd’hui en discussion, à commencer par le bilan électrique nul pour toute homologation de nouvelle motorisation et de véhicule.