Citroën C4 Picasso circule sans pilote

PSA sort le Citroën C4 Picasso, un véhicule équipé d’un arsenal de capteurs : il a particulièrement la capacité d'effectuer lui-même des dépassements pendant que le conducteur « humain »est encore préoccupé par d’autres tâches. Un test a été effectué.

Test : comportement sur la route


A l’Automotive Desing Network ou ADN, à Vélizy, un Citroën C4 Picasso subit un test. Particularité, Il est notamment bardé de capteurs. Un examen du véhicule dévoile qu’une jungle de câbles électriques se trouve à l’intérieur du coffre et la boîte à gants. Cette fois-ci, on a parcouru tranquillement une rocade à 4 voies. Encore, il faudra attendre sagement l’entrée de la voie rapide pour activer le mode conduite autonome. Le conducteur a fait remarquer que « les autorisations de tests ne sont valables que sur des trajets précis ». Après l’enclenchement du mode autonome, une inscription informe alors que ce mode est activé.Lors d’une portion rectiligne, le véhicule se comporte comme une voiture dotée d’un régulateur de vitesse adaptif : il accélère ou freine, selon le trafic. A l’arrivée d’une courbe assez accentuée, une certaine crainte s’est fait sentir chez les passagers : le volant va-t-il tourner comme un conducteur humain le ferait ? Etonnamment, il l’a fait de manière si naturelle. Conclusion, quel que soit l’état du trajet, notre C4 Picasso poursuit sa route comme si un pilote invisible contrôlait sa direction. D’après un ingénieur du groupe PSA, « Le guidage latéral a été beaucoup plus difficile à mettre au point que le suivi de trafic », les yeux toujours rivés sur l’écran de son ordinateur, surveillant tous les paramètres de conduite.

 

Aucun souci


Pendant le trajet, le conducteur «humain» consulte calmement ses e-mails sur son téléphone, même quand le véhicule effectue un dépassement à plus de 100 km/h. A un certain moment, notre C4 Picasso a tout à fait identifié un véhicule campant sur la file droite. Tout de suite, déclenchement du clignotant, déboîtement, puis il reprend la circulation.La manœuvre a été entreprise intelligemment et sans souci dans le déroulement normal de toutes les étapes. Elle constitue la phase la plus étonnante de cette expérience. Maintenant, la conduite autonome désactivée, retour à l'ADN, le mode manuel « activé » de nouveau. Le conducteur remet tranquillement les mains sur son volant. L’impressionnante voiture du « futur »redevient un véhicule du « présent ».