La Citroën DS a 60 ans de carrière

Il y a 60 ans, la Citroën DS est venue au monde.Le 6 octobre 1955, lors du 42ème Salon de l'Auto de Paris, Citroën dévoilait un modèle très attendu : la DS. Une voiture qui a marqué l’histoire et tient encore jusqu’à maintenant la place qui lui revient à juste titre.

Un petit rétrospectif


A l’époque, c’est dans le Grand Palais que se déroulait le Salon de l’Auto de Paris. Dès l’ouverture, le public est ébloui en découvrant un « ovni ». Une belle voiture au nom flatteur : la DS. Au premier coup d’œil, une silhouette aérodynamique, d’immenses surfaces vitrées, un toit en fibre de verre et un capot en alu. En résumé, la DS apportait un vent de modernisme à l’univers automobile. Comparé aux autres, le véhicule est largement en avance en termes de technologie avec les phares tournants, la boite pilotée, tout comme les voitures modernes. Sur le stand destiné à Citroën, les commandes pleuvent : 749 en 45 mn, puis 12 000 en seulement une journée. Dès le lendemain de la sortie officielle de la DS, sa production débute dans le site de Citroën de Javel, 15ème arrondissement de Paris. A la fin du salon, les ventes de véhicules avoisinnent les 80 000 unités. Un exploit permettant à la marque aux chevrons de remplir ses carnets de commande pour 2 ans. La DS devient une voiture très estimée. Tout cela augmente les chiffres des ventes, notamment pour les versions cabriolets dont les prix de vente atteignent les 100 000 €.

 

De Gaulle échappe la mort grâce à la DS


La DS est au sommet de sa gloire, sous le règne du Général de Gaulle. Disons qu’il lui doit la vie, car il ne faut pas oublier que le 22 août 1962, il a échappé à l’attentat du Petit-Clamart. En quelques secondes, une dizaine de balles touche la DS 19 présidentielle, 2 pneus sont crevés et une vitre éclate, mais elle poursuit son trajet grâce à sa suspension hydropneumatique et son embrayage automatique. En un mot, elle a permis au couple présidentiel d'échapper aux terroristes. Dans l’histoire, la DS jouira d’une longévité exceptionnelle, puisque Citroën continuera à la vendre jusqu’en 1975. En l’espace de 20 ans, environ 1,5 million d’unités ont été commercialisées et entreront dans le patrimoine culturel français.