La nouvelle Citroën 2 CV

Concevoir une nouvelle 2 CV ne s’agit pas de remettre au monde une 2 CV modernisée ni de concurrencer Dacia ou Tata avec une petite voiture totalement dépouillée et à un prix défiant toute concurrence. Il ne s’agit pas non plus de changer la prochaine C3 en une sorte de Deuche comme on a fait avec la première version.

Au contraire, il est plutôt question de réinventer la 2 CV comme Fiat l’a fait avec sa 500, ou Volkswagen avec sa Beetle ou encore sa Mini dont la marque porte le même nom. En effet, ces trois véhicules ont connu d’énormes succès à l’échelle mondiale et sont devenus au fil du temps des symboles du chic automobile. Ils ont également fait le bonheur financier de leurs constructeurs.

Ce n’est donc pas une nouveauté en soi, car des magazines spécialisés et des sites automobiles en ont déjà parlé dans leurs articles. Le design n’est pas la seule caractéristique concernée dans ce renouvellement, mais aussi tout ce qui a permis de faire de la Deuche une telle dont son allure, son esprit et ses points positifs de l’époque.

Concrètement, il s’agit alors de concevoir un véhicule qui n’aura aucun concurrent et que tout le monde rêverait d’avoir à l’instar de Mini et de 500 de Fiat. Ce serait une voiture qui ne subirait pas la guerre des prix, mais qui permettrait à la marque aux chevrons de refaire connaissance avec le succès financier.
 

La 2 CV, l’autre symbole de Citroën


La Deuche du monde moderne serait alors un véhicule innovant et dépouillé, se contentant du strict nécessaire, mais en même temps élégant et chic. Elle ne serait pas plus performante, mais se conduit aisément avec tout le confort nécessaire du fait des nouvelles solutions techniques qui y sont intégrées. A sa façon, la voiture serait un SUV en miniature, car équipée des aptitudes tout-terrain et de la praticité de sa version originale.

Aussi, son prix ne serait pas le plus bas du marché, au contraire de ce qu’on a aussi supposé pour l’originale. Effectivement, sa conception coûterait un maximum, mais c’est pour mieux la fabriquer à bas coût. C’était le cas de la Mini ou de la 500 qui a permis à leurs constructeurs de réaliser d’immenses bénéfices. Noter que la nouvelle version du Deuche rendrait à Citroën la notoriété qui lui a manqué depuis l’arrêt de fabrication de la DS, l’autre véhicule emblématique du constructeur aux chevrons.

Même si les gens pensent donc que c’est un rêve de fou de croire que la 2 CV pourrait être le premier véhicule à faire 2 litres au 100, il ne faut pas perdre espoir. En effet, certaines idées sont difficilement réalisables du point de vue technique, industriel et économique. Elles relèvent même de l’utopie et du fantasme. Cependant, ce qui l’est vraiment, c’est de penser qu’un Cactus ou un troisième C5 pourraient tirer le constructeur de l’impasse où il se trouve.

La nouvelle 2 CV sera alors dotée d’une forme relativement trapue, mais haute sur les pattes. A l’instar des SUV, sa garde au sol sera de 20 cm et à l’exemple du concept Revolte de 2009, son profil sera aminci, permettant de disposer d’une aérodynamique correcte via une implantation abaissée des assises. Quant à son poids, il fera 700 kg pour une longueur de 4 mètres.

La nouvelle 2 CV s’équipera également d’une carrosserie monocoque faite d’acier THLE. Par contre ses ailes et ouvrants seront faits de polymère à mémoire de forme sur structure d’acier pour les portes. Quant au plancher, il sera plat avec une structure rigidifiée, permettant la pose des longerons latéraux en caisson qui font office de tunnels pour les servitudes et l’échappement. Une autre procédure consistera à utiliser le soubassement de la 208 plus légère, car ne faisant que 975 kg dans sa version de base trois cylindres.

Elle intègrera aussi un moteur bicylindre parallèle à l’essence qu’on placera à la manière de celui d’un scooter Yamaha T-Max afin de rabaisser un peu plus le centre de gravité et de passer sous l’habitacle en choc frontal. Les trois cylindres du groupe constructeur amputé d’un cylindre et intégrant un balancier d’équilibrage ferait 800 cm3 pour 60 ou 80 chevaux avec un compresseur électrique et faisant une vitesse maximale de 160 à 180 km/h. Côté bruit, il ne sera pas trop sonore, mais fera un bruit plutôt mécanique. Elle inclura aussi l’option boîte robotisée à simple embrayage afin de ne pas passer les vitesses trop vite.

Ses freins seront ceux alternateurs, permettant une hybridation légère, mais efficace. En effet, ils remplaceront l’habituel alternateur et assureront la totalité des décélérations qu’on associe avec les disques à l’avant lors des freinages plus appuyés. Afin de récupérer d’une façon optimale de l’énergie, ces autres types de frein seront reliés avec des condensateurs performants qui se déchargeront après d’une manière plus lente dans une petite batterie Lithium-ion. Ce sera cette dernière qui alimentera les consommations en électriques comme celle de la climatisation, des périphériques du moteur tels que le démarreur, la pompe à eau et à huile et le compresseur électrique de Valéo. Pour les versions haut de gamme, une batterie de plus grande taille assurera la consommation du petit moteur électrique d’assistance au démarrage et à l’accélération situé entre l’embrayage et le moteur. Quand il le faut, mais sur autoroute notamment, ces tambours-alternateurs pourront s’activer d’une façon automatique avec compensation automatique par le moteur et l’autoradio.

Côté pneumatique, la 2CV utilisera des pneus étroits à flanc hauts de 135 de largeur et de 80 de hauteur avec un diamètre de 17 pouces. En effet, à la fois peu bruyante et ne nécessitant que peu d’énergie pour les faire tourner, cette taille est la plus adaptée aux performances et au poids du véhicule. Les jantes sont en acier et peintes comme la couleur du capot. Il n’y aura pas d’enjoliveurs.

La suspension sera à grand débattement par amortisseur oléopneumatique de types Fournales. Afin de procurer un meilleur confort, on ne mettra pas de barre antiroulis, car le centre de gravité est déjà bas.

Pour sa version tout terrain, on utilisera le système de transmission hydraulique aux roues arrière comme celui présenté par Poclain à Equip’Auto. Effectivement, avec un poids léger, il est fiable et reste économique. Il s’adapte à tout type de structure existant pour un prix tournant aux alentours de 1 000 euros. C’est pour cela qu’il équipe déjà d’autres véhicules utilitaires de chantier tout terrain.

Dans l’habitacle, la 2 CV ne contiendra que peu de plastique, laissant apparaitre beaucoup de la tôle. Au centre, un seul grand écran tactile vertical divisé en deux parties dont l’un est en haut pour l’instrumentation de bord et les voyants et l’autre en bas pour le GPS, le téléphone et la sonorisation. Par contre, le chauffage et la climatisation se commandent manuellement. Il n’y aura pas non plus de moquette, mais d’un tapis unique insonorisant amovible, étalé en partant des pédales jusqu’au coffre. Il se dote de divers motifs qui peuvent aller des modernes au style persan et est disponible en option ou en accessoire. Il y aura aussi une grande boîte à gant du côté droit, une plus petite à gauche, mais celles-ci peuvent être remplacées par un grand fourre-tout sur toute la largeur.

La voiture dispose aussi de 5 sièges dont l’armature périmétrique entoure une toile élastique et aérienne à l’exemple de ceux de l’initiale Smart. Ils ne sont donc pas articulés ni réglables et restent très légers. Grâce à leur finesse, ils font gagner 20 cm de longueur à l’habitacle. Les assises et dossiers recouverts de peau de mouton véritable ou de lin sont en option, l’ensemble peut être enlevé et nettoyé à l’eau. Il y a également trois sièges arrière qu’on ne peut malheureusement pas rabattre, mais qu’on peut enlever un à un à l’instar de celui du passager avant. Le siège du conducteur quant à lui est réglable en hauteur, mais n’est pas coulissant. Il fait avec un pédalier et un volant réglables en profondeur. Le volant est en monobranche tandis que le levier de vitesses se trouve sur la planche de bord. Il n’existe pas de console centrale, à la place on a un vide-poche qu’on peut clipser au plancher. Les boucles de ceinture sont également au plancher avec l’ancrage et le prétentionneur unique à l’avant. Ce type d’aménagement intérieur fait en effet gagner près d’une centaine de kilos au véhicule.

Les vitres latérales de la voiture sont en Altuglas-Shieldup, une matière plus résistante aux chocs et aux rayures que le polycarbonate tout en étant plus léger que le verre. Les vitres avant sont quant à elles battantes comme l’étaient celles de l’ancienne 2 CV. C’est le même ou par compas pour les vitres à l’arrière. Les vitres non coulissantes garnissent ainsi les portes d’un épais padding visant à amortir les chocs latéraux. Les airbags rideaux sont repartis sur toute la longueur de l’habitacle.

Son toit ouvrant est en toile double épaisseur équipée d’un système accordéon tel que sur la C3 Pluriel ou d’un enrouleur électrique. Diverses couleurs sont disponibles.

Pour ce qui est de la couleur de lancement, elle va de gris souris vernis avec capote bordeaux ou bleu marine au bleu roi avec capote beige ou gris en passant par la bordeaux avec capote grise ou beige…

 

La voiture tire ses bénéfices de son style


La conception d’une telle voiture qui a peu à voir avec l’ensemble de sa gamme et les solutions techniques de dernier cri coûte toutefois cher. Cependant, sa fabrication s’en trouve facilité, car simple à assembler tout en permettant une économie d’équipement, de mobilier et de matériaux. A l’instar des deux types de modèles lui ressemblant, le véhicule peut se vanter d’avoir une carrière prometteuse que les 7 ans habituels, un avantage permettant d’amortir les coûts de sa conception. Par ailleurs, au cas où son style sera réussi, le prix de vente de la voiture sera plus élevé que d’habitude. En effet, cette voiture se vend à la base de 12 000 euros, soit 4 000 euros de plus que la Dacia Sandero, mais 2 000 euros de moins que la C4 Cactus.