Essai de la Mercedes C 350e

La firme à étoile nous dévoile enfin sa berline hybride rechargeable. Il s’agit de la C350e qui est la deuxième voiture hybride rechargeable du constructeur Mercedes-Benz. L'originalité de ce modèle réside principalement dans la structure de style qui se reflète avec le modèle précédent.

Reprenant les lignes fluides et légères de la Classe S, cette Classe C connaitra également un franc succès, qui va, surement garantir une bonne partie du chiffre d'affaires de Mercedes. Disponible en version break et berline, cette voiture hors du commun cache sous son capot un groupe à essence de 279 chevaux. Une telle puissance est délivrée grâce une batterie Lithium-Ion rechargeable. L'hybride rechargeable est une voiture qui peut se recharger par une prise électrique. Cette fonctionnalité permet de l'utiliser en mode tout électrique pour les petits trajets. La configuration peut être en série ou en parallèle. Ainsi, ce système permet à la C350e de rouler sans utiliser d'essence, en rechargeant les batteries la nuit. Le moteur thermique est mis en route lorsque les batteries sont épuisées.
 

Projection de Mercedes sur les années 2016, 2017


Pour le futur, Mercedes prépare un feu d'artifice de technologie qui, surement, va éblouir la vue du public. Dix modèles d’hybrides rechargeables sont en vue pour accueillir l’heureuse année 2017. Plus précisément en fin d’année 2017, le constructeur à l’étoile disposera pas moins de 10 modèles animés par un groupe hybride essence-électrique, dont la batterie est rechargeable sur une source d’énergie externe (prise de courant domestique ou borne de recharge). Parmi ces dix modèles en projection, la Classe C, découlant de la fameuse Classe S, se met en pôle position vers l’hybride rechargeable. Toutefois, la C 350 e conserve toujours l’éthique de Mercedes en gardant ses lignes de la carrosserie. En fait, la seule différence avec ses sœurs thermiques demeure la trappe à carburant. En effet, pour recharger la machine, une prise est logée sur le pare-chocs arrière plus précisément sous le feu droit, une des conditions de l’hybridation. Sous la pression de la réduction des émissions en CO2, les ingénieurs de la firme à étoile se doivent de bifurquer vers l’hybridation. Le but est de passer la C350 e sous la barre des 95g de CO2/km, et ainsi que l’ensemble des modèles qui sera commercialisés au 1er janvier 2021. Par conséquent, cette prérogative d’hybridation demeure fondamentale pour réduire les émissions moyennes de gaz carbonique.

 

La puissance d’un hybride à étoile


Un dilemme tant attendu, la C350 e se démène merveilleusement bien pour agrémenter la conduite au volant. Pour se faire plaisir, il est tout à fait commode d’utiliser la puissance cumulée du système d’hybridation. Les couples de la C350e se traduisent par des accélérations sensuellement excitantes. Le comportement toujours dynamique est de mise grâce aux amortisseurs pilotés en série. Ce paramètre d’amortissement demeure au diapason des performances et de la tenue de route. Sous le capot, la différence avec la C 250 essence demeure incontestable. Si le moteur essence de 4 cylindres 2.0 litres turbo de cette dernière est conservé à 211 chevaux, un bloc électrique de 86 chevaux fait son apparition. La puissance de la C350e est délivrée au sol grâce à la boîte de vitesses automatique à 7 rapports. Côté performance moteur, la machine développe une puissance de 279 ch. Notons que le couple de cet hybride est de 600 Nm. Un couple titanesque que les moteurs thermiques se redemanderons une reconversion vers l’hybride. En fait, les moteurs hybrides combinent une source d'énergie thermique avec une source d'énergie électrique. Le concept global très simplifié de ce type de moteur consiste à faire recharger une batterie par un groupe électrogène. Ce dernier fonctionne à l'aide d'un moteur thermique qui est optimisé en consommation, tandis que la batterie sert à récupérer l'énergie de freinage et permet un démarrage efficace. La récupération d’énergie participe également au ralentissement de la voiture. En bref, le roulage normal peut suffire à recharger en partie la batterie. Sinon, il faut prévoir un peu plus de 3 heures sur une prise domestique pour recharger la C350 e.

 

La C350e en mode électrique


Grâce à son moteur innovant, la C350e peut parcourir une vingtaine de kilomètres 100% électrique. Sur ce mode, la bête peut atteindre facilement les 130 km/h. En mode hybride, les passionnés de sensations fortes seront étonnés, car, ce modèle peut être conduit comme un véritable GTI. De quoi satisfaire, le pilote, cette allemande peut également être très confortable. Grâce à une excellente répartition des masses et à un centre de gravité bas, la berline hybride rechargeable se montre joueuse en conduite sportive. Sur la route, il suffit d'écraser l'accélérateur pour que la C350 e s'envole dans un bruit de machine qui semble ajouter à l'effet de vitesse. En 5.9 secondes, on file déjà à 100 km/h tandis que la vitesse de pointe est bridée à 250 km/h. La stabilité est exceptionnelle et on devine qu'il faudrait vraiment pousser à l'extrême pour que les pneus perdent leur adhérence en virage. La douceur de roulement et l'absence de bruit témoignent d'une construction soignée. Mise à part l’absence de bruit mécanique, l'impression ressentie au volant ne diffère pas tellement des sensations éprouvées dans la grande majorité des voitures de luxe. D’un point de vue global, la C 350e hybride rechargeable partage les caractéristiques d'une voiture électrique avec la possibilité de recharger les batteries de manière externe. La batterie peut être rechargée sur une prise électrique habituelle, sur différents types de points de charge soit : à la maison, dans un lieu professionnel, dans des parkings publics, en voirie, dans des stations-service et bien d’autres endroits. Alimenté par une batterie Lithium-Ion logée sous le plancher du coffre arrière, le moteur électrique de la C350e permet de parcourir une vingtaine de kilomètres sur cette seule énergie. D’une capacité de 6,4 kWh, l’accumulateur offre toutefois moins d’autonomie en mode électrique sur la Classe C 350e que sur la Volkswagen Passat GTE (40 km pour 9,9 kWh). Rechargeable en 3 heures sur une prise de courant domestique ou en 1h45 sur une borne de recharge délivrant une puissance de 3 kW, la batterie ampute malheureusement le volume du coffre arrière (335 litres sur la berline et 350 litres sur le break, soit 145 litres de moins par rapport aux versions thermiques). Comparé à la C 250 essence, le poids de la version hybride rechargeable est supérieur de 250 kg (1780 kg sur la balance). Le seul avantage de la batterie est la garantie de 6 ans ou 100 000 km.

 

Système de sécurité et option sur la C350e


Plein de gadgets à la 007, le système hybride de cette machine à étoile recueille des informations en provenance du radar avant. Cette technologie sert également au régulateur adaptatif et au système anticollision frontale. En cas de rapprochement avec le véhicule qui précède, par exemple, une double impulsion de la pédale d’accélérateur incite à lever le pied pour continuer en roue libre, et le moteur à essence se coupe instantanément. Dans l’onglet option, l’habitacle de la C350 est un combiné d’instrumentation spécifique avec une jauge de puissance, des boutons de sélection des différents modes de conduite. Il ne faut surtout pas oublier cette Mercedes est une conception récente. De ce fait, les options électroniques telles que le tableau de bord multifonction demeurent au rendez-vous. Sans compter le confort de l’habitacle, la C350 e dispose également de système anti patinage qui le permet d’être scotcher sur la trajectoire en cas de survirage. Qui plus est, cette machine allemande dispose d’un freinage dynamique et active. Dans un premier temps, le freinage dynamique est lié à la récupération d’énergie. Toutefois, en termes de sécurité, le frein actif demeure l’un des atouts majeurs de la C350 e. En fait, l’anti blocage des roues est un système d'assistance au freinage utilisé sur cette machine allemande. Ce système limite le blocage des roues pendant les périodes de freinage intense. La Mercedes C350 e est constitué d'un capteur de vitesse pour chaque roue, d'un calculateur électronique et d'un système de régulation hydraulique de la pression de freinage. Lors d'un freinage d'urgence, si le système détecte le blocage d'une roue, cela signifie que la pression de freinage est trop forte compte tenu de l'adhérence disponible. Le système va alors pomper le liquide de freins du frein vers le maître-cylindre de façon à baisser la pression jusqu'à ce que la roue de la C350 e soit débloquée. Dès lors que la roue retrouve de l'adhérence, la pression de freinage est à nouveau augmentée de façon à optimiser la performance du freinage. Par conséquent, le système régule la pression de freinage autour du point de blocage de la roue par une succession rapide de blocages/déblocages. Le système fonctionne par impulsions, chose que l'on ressent en général à la pédale de frein de cette Mercedes. En effet, la pédale de frein se met à vibrer au rythme des variations de pression. En ce qui concerne la sécurité intérieure, cette allemande dispose bien évidemment du système d’airbag sur tout l’habitacle.

 

La consommation et économie


L’intérêt pour un hybride est incontestablement pour la réduction d’émission de CO2. Mais qu’en est-il de la consommation. La C350 e est bien plus avantageuse que les autres modèles thermiques, en mode économique. Ce type de motorisation diminue de 10 à 30 %, la consommation de la C350e suivant l'utilisation. La conduite urbaine offre les plus grands gains et la conduite autoroutière les plus faibles. Ce moteur permet également de limiter les émissions polluantes proportionnelles à la consommation de carburant. La motorisation hybride est donc particulièrement intéressante pour, ceux, qui ne veulent pas dépenser son argent pour l’essence. De ce fait, l’énergie stockée demeure, dans tous les cas, suffisante pour consommer moins. En effet, les hybrides se multiplient à grands pas et le choix parmi ces autos devient maintenant intéressant. Bien plus que ces dernières années où l’éventail se limitait à des modèles spécifiques. Aujourd’hui, une même voiture peut être disponible en hybride, essence et diesel. Une bonne occasion pour comparer la rentabilité de l’hybride à partir de sa consommation moyenne. Toutefois, il ne faut pas trop compter à faire beaucoup d’économie sur l’hybridation. Une Mercedes Hybride telle que la C 350 e ne sera jamais amortie, car il faudrait théoriquement parcourir plus de deux millions de kilomètres pour voir l’avantage. Et si on la compare à la version diesel, la question ne se pose même pas, l'hybride étant plus chère et consommant davantage. Autre cas de figure sans appel, celui du Volkswagen Touareg Hybride dont la consommation est à peine inférieure à celle de la version diesel. Résultat le coût en carburant aux 100 km reste légèrement plus avantageux pour le diesel alors que celui-ci est moins cher à l'achat. Malgré tout cela, un moteur hybride n’est pas seulement fait pour économiser du carburant.

 

Dans l’onglet fiscal et la concurrence


Grâce à sa fine émission de 48g de CO2/km, la famille est complètement exemptée de TVS. Un bon moyen d’économiser, la C350 e agrémente la vie de tout le monde, car elle pollue moins et consomme moins. Mise en vente ce printemps 2015, la Mercedes-Benz Classe C 350e évoque des tarifs premiums. Il est à noter que cette machine à étoile peut être acquise à partir de 50 300 euros. Le bonus écologique est, de ce fait, déduit de 4 000 euros. Cette Mercedes berline est prioritairement destinée aux flottes d’entreprises. Exposée en trois types de finition, notamment l’Executive Business et la Fascination, la C350e voit rapidement son tarif flamber. Face à elle, la Volkswagen Passat GTE est une excellente alternative. Moins classe, la berline de Wolfsburg promet une puissance de 219 ch et est également disponible dans une variante break SW. Au sein de la firme à hélice, la BMW propose une série 3 hybride rechargeable. Cette dernière est une propulsion comme la C350 e. Si l’on compare la C350e à un véhicule essence de taille similaire pour un kilométrage annuel d'environ 20 000 km, l'économie de carburant moyenne s'établit à 46%, avec une fréquence de 1,1 recharge quotidienne. Plus précisément, la réduction de consommation de carburant constatée au cours de l'expérimentation est d'environ 69%.