La voiture autonome de PSA fait 580 km sans pilote

A priori, le véhicule autonome n'est pas le domaine des marques allemandes ni celles des Etats-Unis. Mais en France, le groupe PSA Peugeot-Citroën et Renault travaillent sérieusement sur le projet. Un nouveau défi est relevé.

Un exploit qui rend fier PSA


Le 5 au 9 octobre 2015 a eu lieu à Bordeaux « l’intelligent Transport Systems (ITS) world Congress ». Il s’agit, en quelque sorte, de la grande messe du véhicule autonome connecté. A l’exemple de ce que Delphi avait accompli avec son Audi SQ5 version autonome aux Etats-Unis, à savoir une traversée d’Ouest en Est, PSA a réalisé le même défi, mais à moindre échelle adaptée à la France. Alors, l’une de ses quatre voitures appartenant à PSA a traversé Paris-Bordeaux sur autoroute, soit 580 km. Le trajet a été parcouru de « manière autonome sans intervention du conducteur ». On a indiqué que la voiture s’est bien conformée aux limitations de vitesse en vigueur, tout en réalisant des dépassements « en fonction des autres véhicules ». Rappelons par ailleurs que le groupe PSA est le premier constructeur à avoir reçu les autorisations pour mettre sur routes ouvertes ses quatre prototypes autonomes, et ils seront suivis en 2016 par une quinzaine de prototypes supplémentaires.

 

Une nouvelle ère pour le véhicule autonome ?


Lors de cette grande première officielle, Carlos Tavares, Président du Directoire de PSA, s’est montré enthousiaste devant cetteperformance. Dans ce sens, il a annoncé que le trajet parcouru actuellement par leur prototype démontre que « nous ne sommes plus dans la science-fiction en matière de véhicule autonome ». Il a même qualifié cet exploit d’entrée vers une « nouvelle ère pour la mobilité…». Lors de l'ITS World Congress, à part la présentation de sa voiture autonome, PSA a présenté en plus les systèmes de communication dénommés « Car to Car » ou « Car to infrastructure » permettant selon eux de constituer une nouvelle source d’information « afin de mieux connaître l’environnement du véhicule, à partir des informations fournies par les autres véhicules ou les infrastructures ». Il tenait également à préciser que l’objectif est toujours d’offrir la meilleure sécurité aux usagers de la route, et de réduire ainsi largement les risques d’accident.