Peugeot 208 Pure Tech 110 : garant de la continuité de la réussite

Peugeot avait-il vraiment besoin de restyler sa 208 ? La réponse est non. Mais ce constructeur ne peut trouver mieux en guise de reconnaissance pour ce modèle ayant contribué fortement à la fin de sa précédente tourmente financière.

Par ailleurs, la nouvelle version est plus puissante que l’ancienne, grâce notamment à son petit moteur trois cylindres de 110 chevaux couplé à une boite auto. Suffisant pour le placer à la tête de la liste des meilleures des petites voitures.
 

Le sauveteur restylé


La conjoncture n’était pas bonne lors de sa venue sur le marché. Et beaucoup misaient sur son échec. Mais la réalité en est toute autre. Malgré la difficulté financière du groupe PSA Peugeot Citroën lors de son lancement en 2012, la « petite » 208 n’a pas eu de mal à s’imposer dans son segment. On lui doit par ailleurs, avec sa sœur compacte 308, la sortie du groupe de ses pépins financiers. Par quels arguments ? En premier lieu une apparence fascinant les jeunes et les moins jeunes. Et on se pose même la question si ce restylage est vraiment nécessaire. Mais il faut le savoir, les utilisateurs se réfèrent aussi à l’année de sortie pour le choix d’une voiture.

En fait, si l’âge n’était pas un critère de choix, Peugeot n’aurait vraiment pas pensé à revoir son porte-étendard au segment des petites voitures. Avec sa silhouette suffisamment légère, une habitabilité similaire à celle de sa devancière et la plupart de ses concurrents, un intérieur confortable, une puissance plaisante et un coffre bien conçu, la 208 reste encore très compétitive sur le marché. Mais le sauveteur mérite de recevoir un prix. Après mainte réflexion, Peugeot a décidé que ce dernier soit un restylage.

 

Ergonomie de la voiture améliorée


On ne change pas un système qui marche… on l’améliore tout simplement. L’habitacle est ainsi presque le même que celui du prédécesseur pour la nouvelle Peugeot 208. Comme certains ont pu déjà donc le dire en 2012, la petite voiture du Lion a une ergonomie bien pensée. La surprise est au rendez-vous à la découverte du petit volant et le combiné d’instruments surélevé de la planche de bord. L’agacement attend cependant les adeptes de la « conduite bas » qui auront du mal à « trouver » les compteurs. Ce désagrément est heureusement compensé par des sièges pouvant maintenir les dos d’une manière optimale.

Le lecteur CD a disparu, mais ce n’est pas une raison de se lamenter, l’heure est désormais aux clés USB et cartes SD. On peut par ailleurs oublier facilement cette disparition en voyant l’écran central tactile, fonctionnel et aux paramètres bien repérables. On regrette cependant de ne pas pouvoir cliquer aisément sur une icône en roulant. Ce souci importe peu pour les personnes qui s’attachent plus sur l’esthétique, grâce à un meilleur assemblage. À cet avantage s’ajoute l’inexistence de grincements et de crissements. Les inconditionnels du cuir seront cependant déçus en voyant le revêtement des sièges. Ce dernier a été en effet conçu en… tissu et skai.

 

Un ensemble mécanique agréable


Le manque de puissance et/ou de performance ne devra plus constituer un obstacle pour l’achat d’une 208. À la place du « décevant » petit trois cylindres 1,2 de 82 chevaux en effet, Peugeot a préféré mettre un même petit moteur trois cylindres en version Pure Tech de 110 chevaux couplé à une boite auto EAT6. Les personnes qui sont parvenues à expérimenter cette version n’ont pas eu du mal à constater le contraste, n’hésitant pas par la suite à dire qu’il s’agit du meilleur choix entre les termes d’ensemble mécanique dans l’univers des petites voitures. La rugosité du moteur se fait également moins sentir grâce à la boite EAT6. On regrette cependant l’instabilité du ralenti. Mais Peugeot a su compenser ce désagrément par des accélérations et relances donnant l’impression de se trouver à bord d’une automobile autrement plus puissante. Le passage manuel des vitesses sera boudé grâce à une boite d’origine japonaise permettant de rétrograder exactement au moment où on le souhaite, en position Sport. Certains diront surement en lisant ce détail : « cette boite devrait contenir huit ou neuf rapports » En réalité, elle n’en a que six. Une telle prouesse n’impacte-t-elle pas le budget carburant ? La réponse est non. On peut jouir pleinement du dynamisme de la mécanique avec 7,5 litres d’essence aux cents. Un détail suffisant pour dire que le nouveau joujou de Peugeot n’a rien à envier à ses concurrents directs de chez Ford, Volkswagen, BMW.

 

Comportement routier et confort


Les concepteurs de Peugeot tiennent, en partie, leur renom aux châssis qu’ils proposent, des châssis qui n’ont quasiment rien à avoir avec ceux de la concurrence. Et ils font en sorte que ceux-ci fournissent aux véhicules de la marque au Lion une rigueur optimale de trajectoire. Ce qui explique l’agilité de la Peugeot 208 Pure Tech 110, un véhicule qui est, par ailleurs, virevoltant et sûr. La légèreté de la petite voiture peut en effet lui jouer un mauvais tour en période de pluie. À part cela, rien à signaler.

À la direction donnant la possibilité de ressentir le profil de la route s’ajoute un niveau de confort faisant presque oublier les véhicules d’une catégorie supérieure. Ce qui est quand même surprenant pour un véhicule doté d’une monte pneumatique sportive. Même les bruits trop présents au roulement peuvent ainsi être oubliés, surtout en sachant que 20 850 euros suffisent pour bénéficier des vertus de la mécanique de 110 chevaux et de la boite auto.