Peugeot 208 : un restylage intéressant, mais discret

Encore en pleine forme, la marque décide pourtant de retoucher sa Peugeot 208 sans pour autant rompre brusquement avec le style précédent. Le coup de jeune supplémentaire est plus timide, limité à quelques améliorations plus notables sur le plan mécanique et côté teinte.

Des retouches raisonnables


Près d’1 million de véhicules ont été vendus depuis 2012, année de lancement. Voilà un bilan positif pour la précieuse Peugeot 208. Pour un modèle qui connaît le succès commercial, la perspective d’un restylage est toujours délicate surtout à l’égard d’une clientèle fidèle. Ainsi, certains ont exprimé leur crainte de voir un 208 se métamorphoser brutalement, mais, finalement, ces inquiétudes sont sans fondement,car ce modèle n’a subi que quelques retouches timides au niveau du style, notamment de nouveaux feux arrière et une calandre élargie. Parmi les changements :une connectivité améliorée, des moteurs plus performants et aussi deux « teintes textilées». La fusion de ton satiné et mat fait de ce véhicule un engin charmant que l’on a envie de caresser. Sa texture légèrement granuleuse au toucher impressionne et séduit. Selon Peugeot, le modèle résiste aux micro-rayures et supporte les lavages fréquents, que ce soit au rouleau ou à haute pression, sans besoin de cire. Une déclaration à confirmer à l’usage.

 

Une mécanique plus agile


55 % des achats de Peugeot proviennent d’une clientèle particulière qui opte pour des motorisations à essence à 70%. C’est ainsi que la marque mobilise sa grosse artillerie de moteur Pure Tech. Des 3 cylindres revendiquant 4,2 à 4,5 l/100 avec des émissions de CO2 se situant entre 97 et 104 g/km. Sous le capot, on monte d’un cran avec les versions 1.6 l THP 165 chevaux faisant 4,6 l/100 de consommation en cycle mixte et 129 g de CO2) et 208 chevauxavec 5,4 l/100 et 125 g de CO2 pour les versions GTI. A l’usage, la boîte mécanique du moteur à essence PureTec 110 chevaux offre une performance intéressante, mais ce n’est rien comparé à ce moteur en boîte automatique plaçant PSA et Peugeot au top du… top. A bord, on remarquera que les rapports sont précis, assortis d’une douceur insoupçonnée.

Autre régal, le modèle dispose d’une adaptation automatique au mode de conduite, doux ou sportif, par un passage de rapports.Certainement, ceux qui veulent connaître des sensations automobiles fortes sans regret n’auront qu’à les vivre avec ce moteur de 110 chevaux en boîte automatique dont les émissions de CO2 ont basculé de 149 g à 103, avec un passage de 4 à 3 cylindres. De plus, ça vaut le coup si la différence de prix entre boîte manuelle et auto est de 1200 euros. Notons que cette version de 208 est privée de palettes au volant, mais le passage en mode manuel est possible au niveau du levier de vitesses.

 

Montée en gamme pour la Peugeot 208


La nouvelle Peugeot 208 intègre le système Active City Break, déjà trouvé sur les DS3 depuis quelques mois. A faible allure, le modèle freine brusquement si un risque de collision se présente, plus particulièrement avec la voiture située devant. Des responsables de Peugeot ont fait remarquer que ce système est différent du freinage automatique d’urgence que l’on trouve sur la 308. Il a tenu à indiquer que le système consiste à freiner brusquement, mais pour un temps très limité, afin que le conducteur puisse anticiper le temps de réaction, en appuyant sur le frein. D’après eux, les deux systèmes pourraient, à l’avenir, être disponibles sur un même véhicule puisqu’ils sont complémentaires. De son côté, la version « féminine et raffinée » de la GTI, dénommée 208 XY, n’a pas tenu bon. La marque a décidé d’orienter la gamme vers des modèles semi-sportifs et sportifs ». Selon un responsable interne, le niveau de finition « GT Line » remplace la version XY, même si le type est différent. Les équipes du style estiment toutefois que l’esthétique n’aurait pas été assez satisfaisante, avec un lion toujours présent, mais cette fois-ci sur le capot, au-dessus de la calandre.