Peugeot 308 Gti : la reine dans la catégorie ?

Le succès de la 308 est déjà connu, notamment grâce à l’obtention, en 2014, du titre de voiture de l’année. Après cela, certains se sont demandé si la version Gti ne réserverait pas encore d’autres surprises. Difficile de leur répondre par non, surtout après avoir pu y mettre la main. Zoom sur la Peugeot 308 Gti.

Sur la trace des 205, 309 et 208 Gti


L’histoire de la véritable entrée de Peugeot dans le segment des Gti a commencé en 1984, lors du lancement de la 205 Gti. Toutefois le début a été compromis par l’arrivée, la même année, du second modèle de Volkswagen accompagnée par ces trois prodigieuses lettres. Battre un adversaire de taille supérieure était difficile pour le Français. D’où sa décision de lancer en 1986 la 309 Gti, une forme de riposte donc, mais avec le moteur 1.9 l de 130 ch de la 205 Gti. Ce n’est qu’en 1990 que ce nouveau modèle s’est fait intégrer sous son capot le bloc de la 405 MI16 développant 160 ch. A son nom a été ajouté le chiffre 16 évoquant ce moteur. Cette nouvelle 309 s’est fait attribuée rapidement le prix de sportive de l’année par le magazine Echappement.

Le duo 205-309 Gti a disparu du radar depuis maintenant 22 ans. Mais sa postérité est déjà assurée au sein de la marque au Lion. En effet, ce dernier mettra face à la 208 GTi une 308 GTi. Une question se pose, cette dernière ne subira-t-elle pas le même sort que la 309 GTi. Et oui, malgré une culasse de 16 soupapes, la 309 GTi a eu du mal à sortir de l’ombre de la 205 GTi.

 

Une sportive assagie


Dans les années 80 et au début des années 90, on reconnait facilement les sportives car, elles ne craignent pas d’afficher leur caractère. Aujourd’hui, l’apparence n’est plus un critère pour évaluer leurs performances. On se trompe énormément si on estime la vitesse maximale de ces petites bombes en fonction des données externes.

Un seul véhicule de la catégorie ose arborer des ailes élargies et un aileron anyssal. Il s’agit de la Honda Civic Type-R. Les autres modèles récents préfèrent se montrer sages. C’est le cas de la nouvelle Peugeot 308 GTi, apparemment elle n’arrive pas à concurrencer la japonaise. Mais la marque française n’a pas oublié de penser aux plus traditionnalistes. Ces derniers peuvent mettre 1800 euros en plus à du prix du véhicule de 37 200 euros. Cette somme leur permettra d’avoir la coupe franche mélangeant rouge Ultimate et noir Perla Nera.

Avec la version de base, on aura un véhicule sobre, qui n’a rien, de l’extérieur, d’un sportif. Ce n’est pas un problème dans une époque où le concept de « vivons cachés » trouve de plus en plus d’adeptes dans le monde de l’industrie automobile. Presque tous les concurrents directs sur le marché sont également connus pour leur sobriété en ne citant que l’Alfa Romeo Giuletta QV, le Seat LeonCupra et le Volvo V40 T5. Cependant tous se différencient par quelques éléments, dont l’assiette réduite de 11mm, les boucliers avant et arrières redessinés, la double sortie d’échappement et les jantes de 19 pouces pour la Peugeot 308 GTi.

 

Meilleur rapport poids puissance de la catégorie


La sonorité du moteur est factice et ne pourrait donc pas satisfaire les plus puristes des inconditionnels de sportive. Comme la GT, la Peugeot 308 GTi intègre le Driver Sport Select. Ce dernier est à la source de l’amplification artificielle des vocalises du 1.6 THP en réponse à un appui moins soutenu de la pédale d’accélérateur. Sur cet aspect donc, la marque au Lion peut faire mieux. Pourquoi n’a-t-elle pas profité du passage des ateliers de Peugeot Sport lorsqu’ils ont travaillé sur les quatre cylindres de 270 chevaux pour voir ce point ? Pourtant, c’est ainsi qu’elle a fait l’exploit d’atteindre le meilleur rapport poids puissance de l’univers de la GTi : 4,46 chevaux.

Certes, ce bloc ne peut pas encore enlever la Mégane Trophy 275 chevaux à la tête de la liste des plus puissants des moteurs français, mais il a encore grand-chose à dire sur la performance. Le passage de 0 à 100 km/h se fait en effet avec la 308 GTi en seulement six secondes. Le véhicule peut même rouler jusqu’à 250 km/h pour une émission de C02 de 139g/par litre seulement. Le malus s’y rapportant n’est donc que de 250 euros.

La Peugeot 308 GTi ne déçoit pas au niveau de la résistance et du souffle. On n’a vraiment pas besoin de son deuxième rapport sur les petites routes du Portugal et le circuit de Braga. Avec le troisième rapport, on peut se trouver entre 1900 à 5500 et ainsi disposer du couple maxi. Malgré les épreuves réservées par les routes portugaises, la nouvelle sportive de la marque au Lion n’a pas encore montré ses limites en termes de freinage. De quoi faire un éloge aux disques de 380 mm joints par des étriers à 4 pistons se trouvant à l’avant et croire à l’obtention d’un record sur le Nurburging.

 

Le comportement routier et le confort interne


La précision fait la différence lorsque l’on se trouve sur piste. Peugeot y a pensé et a ainsi proposé, en plus d’un châssis aux petits oignons, des trains roulants de dernière génération. Une façon donc pour le constructeur français d’étaler son savoir-faire dans ce segment. Comment ne pas dire un mot sur la facilité déconcertante de la négociation des virages en décrivant cette nouvelle sportive ? Cette aisance, on la doit notamment au différentiel à glissement limité Torsen et aux gommes Michelin Pilot Supersport. Il ne faut également pas oublier le petit volant qui donne, à chaque conduite, l’impression de se trouver sur une piste de karting. Si la 308 GTi se trouvait dans l’univers de la gastronomie, on pourrait la comparer à un plat conçu par un chef étoilé pour la simple raison que Peugeot a mis tous les ingrédients nécessaires pour donner du goût afin de satisfaire la clientèle. C’est un mélange inédit en fait.

Peugeot se réfère à son portefeuille-client avant de concevoir un nouveau modèle. Conscient donc que ceci est constitué de 61% d’amateurs de voiture du quotidien, le constructeur au lion a décidé de ne pas se concentrer seulement sur l’aspect sportif. Bien que sa vocation soit d’affoler les chronos, la 308 GTi est moins énergivore que la quasi-totalité de ses adversaires, en consommant seulement 8 à 9 litres tous les 100 kilomètres. Elle est donc susceptible de séduire un sage père de famille. Ce dernier ne pourra pas par ailleurs résister à son habitacle plus bourgeois où il est possible de profiter d’un confort inégalable pour la plupart de ses concurrents déjà en vente sur le marché.

 

Le prix élevé de la voiture


Le juste équilibre est atteint en ce qui concerne la suspension, même si l’amortissement choisi n’est pas piloté, à l’inverse de celui de la LeonCupra de Seat. Cette dernière est, pour la presse automobile, la rivale directe de la 308 Gti. Elle vient de gagner en performance suite à son récent passage de 280 à 290 chevaux. Et elle a encore d’autres arguments à faire valoir pour faire de l’ombre à la nouvelle sportive française dont sa déclinaison en 3 portes, 5 portes et en break permettant de choisir entre une boîte manuelle et la DSG. Mais le prix de vente de la voiture espagnole par rapport à la Peugeot 308 GTi est plus faible : 33 595 euros contre 37 200 euros pour la version de base de la Française. Et c’est en termes de tarification que la plupart des véhicules de la catégorie pourront arriver à faire de l’ombre à la nouvelle sportive de Peugeot. L’Alfa Romeo Giuliette QV, le Ford Focus ST, la Honda Civic Type R, la Renault Mégane RS 275 et le Volkswagen GTi Performance coûtent en effet respectivement 34 600 euros, 29 000 euros, 35 000 euros, 32 450 euros et 34 850. Notons cependant que seul le dernier modèle dispose d’un malus équivalent à celui de la Peugeot 308 GTi.