Peugeot scooters de Mandeure connaitra un chômage technique

A son siège de Mandeure, Peugeot Scooters, sera en chômage technique le mois d’octobre et novembre prochain. Les salariés qualifient cette prise de mesure d’ « alarmante », mais elle est considérée comme « courante » par l’administration.

400 salariés plongés dans l’angoisse


Le constructeur de deux-roues envisage 19 jours de chômage technique d’ici à la fin de l’année. Ce fait éveille alors une sérieuse angoisse chez les 400 salariés de Peugeot Scooters à Mandeure. La cadence de production réalisée jusqu’ici semble ne pas promettre l’atteinte des chiffres de production déclarés par la direction en 2015. Désormais, le lancement d’un nouveau modèle de scooter n’est pas encore au programme avant 2017. Les syndicats parlent donc d’un degré de chômage élevé qui leur donne selon eux des raisons pour s’inquiéter.Il s’agit en fait de 5 jours non travaillés en octobre, 7 jours en novembre et 7 autres en décembre.

De 50 à 70 unités par jour au mois de septembre, Mandeure fabriquera cette année moins de véhicules que prévu. Tout cela pour dire que les estimations annoncées en octobre, novembre et décembre ne sont pas pour le moment au rendez-vous.La Direction locale a anticipé cette mesure en introduisant une demande de chômage technique auprès de la Direction régionale de Franche-Comté.Comme on l’avait annoncé aux salariés concernés, les 4 séances de travail annulées ce mois-ci sont les 4, 11, 18 et 25 septembre. Ainsi, la mesure va être probablement appliquée.

 

Les syndicats en appellent au groupe indien Mahindra, actionnaire majoritaire


Face à cette difficulté, la Direction a programmé d’organiser « un plan de formation durant les périodes de chômage partiel ». Quoi qu’on dise, les salariés vont certainement vivre une fin d’année difficile. Si rien d’important ne se produit, ils ne resteraient plus au bout de l’année que Ludix, Métropolis et Citystar. Ce sont trois modèles de scooters qui n’ont pu faire ses meilleures ventes, au milieu des marchés véritablement concurrentiels. La Direction a d’ailleurs reconnu que la situation est délicate et qu’il faudrait plus d’éclairages. Ainsi, elle affirme que le Directeur général de Peugeot scooters fournira plus d’explications sur le sujet, lors du comité d’entreprise de fin de mois.

Il faut dire que les 13 500 unités prévues cette année à Mandeure ne seront pas atteintes. Cet objectif s’inscrit dans le cadre de l’accord de redynamisation signé en février. Sur ce point, la CFDT a fait noter que sûrement l’objectif ne sera pas atteint. Passant de 3500 à 3000 unités, la production a baissé considérablement. Elle demande ainsi le « rapatriement » de production à Mandeure pour garantir les volumes annoncés par la direction. CFTC et CGTsont du même avis.Les syndicats, quant à eux, en appellent à l’actionnaire majoritaire Mahindra pour lui demander de proposer un plan précis de redressement de Peugeot Scooters.