Audi solidaire avec les réfugiés

Voilà un exemple pour les acteurs du marché de l’automobile. Audi a donc investi un million d’euros pour offrir des aides d’urgences aux réfugiés vivant dans des conditions précaires en Europe.

Cette somme est destinée plus précisément au soutien des initiatives déjà mises en place par ses salariés dans les usines d’Ingolstadt Neckarsulm, Bruxelles et Györ.
 

Responsabilité sociale et citoyenne


Le constructeur allemand affirme être conscient de l’ampleur de la souffrance de ces réfugiés en Europe. D’où sa décision de faire ce don d’un million d’euros. L’argent sera injecté dans des projets d’aides initiés par les employés du groupe sur ses sites de production.

Tout le monde reconnaît que la situation actuelle est sans précédent. L’Europe est « prise d’assaut » par des réfugiés fuyant la guerre au Moyen-Orient. Une grande partie vient donc sur le vieux continent par nécessité. Audi estime donc qu’il ne faut pas les laisser vivre dans des situations dramatiques. C’est par ailleurs, pour la firme allemande, un moyen de faire preuve de solidarité et de responsabilité sociale et citoyenne à ses salariés.

Les employés, de leur part, par la voix du président général du Conseil des travaux de la société, affirment être prêts à aider « quand cela est nécessaire ». Une manière de dire qu’il y aura une seconde fois en cas d’éventuelle dégradation de la situation.

 

Vers des perspectives d’emplois pour les réfugiés


« Audi bénévoles » est le nom de l’entité qui a eu l’initiative de verser la somme. Ainsi les employés du géant allemand de l’automobile peuvent proposer des projets régionaux à but caritatif. La réalisation de ces projets se fera par la suite en coopération avec diverses associations. Le mode de répartition des dons est déterminé par les comités d’entreprise responsables de chaque entité de l’entreprise.

Grâce à une telle initiative, des migrants mineurs peuvent bénéficier d’une rénovation de leurs foyers et les enfants des réfugiés peuvent aller en excursions. Audi se dispose à aller plus loin. Ses dirigeants pensent même trouver un moyen pour aider les réfugiés à accéder à l’emploi à long terme. Les pourparlers sur cette question avec tous les acteurs concernés se poursuivent.