Audi TTS et Ford Mustang V8 : le face-à-face

Les philosophies ne sont pas les mêmes entre ces deux véhicules, mais leur personnalité basée sur le simple plaisir de conduire nous a poussés à vous proposer ce face-à-face. Il faut vous prévenir, l’un de ces coupés est plutôt bestial. L’autre se distingue surtout par sa finesse.

Brève présentation des deux challengers


On aurait dû attendre 50 ans pour voir la Ford Mustang débarquer dans les concessions automobiles françaises. Nombreux sont les inconditionnels locaux de Poney/Muscle Car qui ont pu y mettre la main. La raison ? On peut se le procurer par une importation parallèle. Ce qui n’est pas français. D’où le prix parfois exorbitant pratiqué même dans la vente en seconde main de ce véhicule. Mais ce désagrément ne pourrait désormais exister. En débarquant officiellement sur le sol français, il est possible d’avoir le Ford Mustang à un prix de réseau.

La plus célèbre des Pony Cars fera sûrement partie du « décor » habituel de nos rues à partir de la prochaine année. Qui pourra résister à un modèle qui s’est toujours trouvé sous les radars depuis les années 1960 ? Pour vérifier, il suffit d’observer les badauds au passage d’une Mustang. Eh oui, même si elle est moins soutenue par des soi-disant connaisseurs du monde automobile, cette dernière est d’au moins aussi estimée qu’une Ferrari.

Mais qu’y a-t-il d’impressionnant sur ce bijou de Ford ? Sans encore entrer dans les détails, parlons de la face avant : elle rappelle celle d’un requin, du capot disproportionné, des feux arrière créant une envie de revenir en arrière et de son gabarit à l’américaine. La disproportion est cependant compensée par une facilité de conduite, « similaire » à celle d’un vélo, grâce notamment à un braquage court. En voyant le véhicule par ailleurs, les autres usagers ont tendance à le laisser passer, rien que pour apprécier sa belle apparence. Une chose est donc sûr, à bord d’une Ford Mustang V8, on se fera remarquer qu’on le veuille ou non.

L’Audi TT est plus récent que la Ford Mustang. Sa production n’a en effet commencé qu’en 1998 alors que le bijou de Ford avait déjà 34 années d’existence. Le Coupé d’Audi n’a également jamais atteint le prestige de la carrière de la Mustang, mais il constitue tout de même l’une des références de son époque. Il doit notamment sa réussite à son style tout en rondeurs et ses larges épaules, des éléments qui lui ont permis de ressembler fortement au concept-car.

La troisième génération vient de débarquer sur le marché, quinze ans après. Et elle semble avoir souhaité aller vers une rupture avec les membres de sa famille. Ses galbes plus musclés rappellent en effet le monde des super-cars. La ligne époustouflante se fait notamment remarquer par l’agréable traitement des optiques. L’Audi TT ne devra toutefois pas se trouver vraiment sur le même terrain que la Ford Mustang. Elle est en effet catégorisée poids légers, avec sa longueur de 4,18 m.

 

L’habitacle


Le face-à-face commence par une comparaison de l’intérieur des deux véhicules et du confort offert. Là encore, l’Audi TouristTrophy, a trouvé de quoi se distinguer, grâce à un habitacle à la pointe du progrès et du savoir. A la place de l’instrumentation traditionnelle est en effet proposé un cockpit virtuel instrumentalisé par un écran de 12,3 pouces en haute définition. Comme le dit le proverbe, « il n’y a que le premier pas qui coûte ». Il faut se donner un peu de temps pour s’habituer à cette nouveauté. Après, on pourra procéder à la modification des informations en optant pour la navigation ou le tachymètre. L’intérieur du coupé d’Audi devra sûrement plaire aux passionnés des véhicules de sports, par l’ambiance qu’il offre. Il devra également attirer les plus exigeants du fait de sa finition irréprochable et la précision de ses commandes. La praticité du véhicule en milieu urbain est cependant compromise par la visibilité vers l’arrière moins conventionnelle.

La Ford Mustang, l’autre challenger, a débarqué sur le marché avec un habitacle brut de décoffrage et une planche de bord gagnant en épaisseur par rapport à la TTS d’Audi. Cette planche de bord est cependant mieux élaborée que celle des anciennes générations du Muscle Car. On constate également que le constructeur de Michigan a apporté des améliorations en termes de finition si l’on se réfère encore aux versions précédentes du véhicule. Celles-ci ne suffisent cependant pas pour faire oublier un Audi TTS plus épuré.

La nouvelle génération de la Ford Mustang compense cependant ce lacune pas une habitabilité bien meilleure que celle de sa rivale allemande. Ce qui ne devrait pas étonner vu son gabarit XXL. Que l’on se trouve à l’avant ou à l’arrière, on pourrait profiter d’un espace plus important que celui d’une Audi TTS. Mais le confort n’est pas totalement au rendez-vous à l’arrière à cause d’une garde au toit restreinte. Les grandes portières cachent par ailleurs un autre bémol : la difficulté de s’extraire de la voiture. Même constat en ce qui concerne le volume du coffre qui a un surplus de 103 litres par rapport à l’Audi, ceci ne permet pas vraiment d’oublier que l’allemande offre un accès bien plus aisé.

 

Les performances du véhicule


Certains se sont sûrement demandés en lisant le titre de cet article : « est-ce raisonnable de proposer un face-à-face entre l’Audi TTS et Ford Mustang V8 ? » Une interrogation compréhensible vue que l’Audi TTS a un 4 cylindres en ligne 2,0 litres turbos sous le capot et la nouvelle Ford Mustang un V8 5,0 litres auto. A cet élément s’ajoute la forte différence de puissance théorique entre les deux sportives. Ford annonce en effet que sa nouvelle Mustang peut développer jusqu’à 421 chevaux pour un couple de 530 Nm. L’Audi TTS, elle, ne revendique qu’une puissance de 310 chevaux pour un couple de 380 Nm disponible dès 1.800 tr/min. Faut-il donc programmer son retrait pour ce match ? La réponse est non vu que le poids, plus élevé, peut constituer un handicap pour le véhicule de Ford. Ce dernier enregistre en effet 1,7 tonne contre 1,46 pour l’Audi TouristTrophy.

Les personnes qui s’achètent l’une ou l’autre de ces sportives auront le choix entre une transmission manuelle et une automatique. Difficile de ne pas en parler puisqu’il s’agit d’un fait rare. Et aussi surprenant que cela puisse paraitre, il est préférable de choisir la boîte mécanique avec la nouvelle génération de la Ford Mustang.

La déception est au rendez-vous au démarrage, suite à une petite montée en régime. Les deux véhicules ne semblent pas en effet vouloir honorer leur qualification de « sportive ». Ils sont en effet, à notre grande surprise, discrets. Il faut immédiatement le reconnaitre que nous nous attendions surtout à une Ford Mustang qui joue « le méchant » dès le démarrage. Mais celle-ci a préféré seulement nous émettre un ronronnement. Nous nous sommes ainsi posé la question s’il ne faut pas inviter une nouvelle catégorie pour de telles voitures sportives. L’Audi TouristTrophy, pour séduire les inconditionnels du sport automobile, propose un mode Sport où l’on peut profiter d’une sonorité plus puissante que celle de son adversaire motorisé V8. Nous ne sommes cependant pas des fans des bruits artificiels. La manœuvre n’était pas efficace pour nous, mais pourrait l’être chez d’autres.

 

Davantage de sensations avec l’Audi TTS


Le mot d’ordre aurait été sûrement « brutalité » lors de la conception de la nouvelle TouristTrophy d’Audi. Cette dernière fait en effet preuve d’une « extrême » réactivité à chaque accélération, aussi minime soit-elle. En réagissant ainsi, elle permet à son conducteur et aux autres passagers à bord de profiter de sensations plus fortes que celles offertes par les anciennes générations. Il faut par ailleurs le préciser que nous n’avons eu besoin que de 4,6 secondes pour passer de 0 à 100 km/h.

Ford semble avoir opté pour l’antithèse de cette stratégie de sa concurrente allemande lorsqu’il a travaillé sur le Mustang V8. Ce dernier est en effet plus tranquille pour un véhicule qualifié de « sportive ». Mais les premières impressions sont souvent plus ou moins trompeuses. En effet, les performances est très proches de celles de l’Audi TTS avec notamment un passage de 0 à 100 km/h de 4,8 secondes et des reprises très énergiques. A ces qualités s’ajoutent une allonge et une souplesse inégalée de son 5,0 litres.

Certes, le constructeur américain a fait preuve de retenue pour être à l’abri d’éventuelles sanctions des contrôleurs sur le respect des normes d’homologation, mais sa sportive fait au moins aussi mieux que son adversaire allemand en termes de performances. Mais pour proposer quelque chose dans ce sens, on ne pourrait vraiment pas s’engager dans une bataille de performance énergétique. Eh oui, il faut prévoir 5 litres de plus tous les 100 km qu’une Audi TT en optant pour le Ford Mustang V8.

 

Une meilleure tenue de route pour la Ford Mustang V8


Les échappatoires font partie des choses que vous aimez le plus sur une voiture sportive ? La Ford Mustang sera un choix idéal. Elle n’a pas encore abandonné la facilité à glisser de l’arrière de ses prédécesseurs. Elle n’a cependant pas tout conservé. Plusieurs de ses caractéristiques liées à la tenue de route ne correspondent plus à celles de ses ainés. Sur ce terrain, le nouveau bijou du géant américain n’a rien à envier à ses concurrents grâce à son châssis moderne et ses aides électroniques à la conduite. Les plus audacieux peuvent cependant désactiver l’ESP et/ou la fonction Race pour plus de sensations à bord d’un lourd Pony Car.

La nouvelle TouristTrophy face à cela ? Celle-ci est plutôt sage sur la route, en étant accolée au bitume. La prendre en défaut nécessitera un effort extrême de la part de ses adversaires du fait de la précision de sa direction et sa transmission intégrale. On ne peut qu’être surpris des vitesses de passage en courbe, une prouesse (ou presque) pour une sportive dotée d’un châssis perfectible de la première génération basée sur une plateforme de Golf 4. Mais certains ne manqueront sûrement pas de critiquer ce véhicule sportif d’Audi par son comportement moins funky que celui de sa rivale de chez Ford. Ils ne manqueront cependant pas d’opposants, notamment parmi les passionnés « modérés » de voitures sportives. Ces deux véhicules promettent donc de créer des controverses dans ce segment, car ils pourront avoir un nombre équivalent de partisans. En attendant de savoir la proportion réelle des deux camps, rien n’empêche de connaître le prix de ces automobiles ? C’est un critère essentiel avant de choisir un modèle.

 

Un prix plus élevé pour l'Audi TTS


Si on avait parlé de prix dès le début de l’article, certains pourraient être tentés de dire qu’il ne vaudrait plus la peine de continuer la lecture. On pensera immédiatement que l’Audi TouristTrophy est supérieure en tous points. Mais comme on a pu le voir dans les précédents rounds, la sportive allemande n’a pas remporté la totalité des épreuves. Cela ne devrait cependant pas pousser son constructeur à revoir son prix à la baisse. Pour avoir l’Audi TTS dans votre garage en effet, vous devrez disposer d’un plus grand budget. Le prix de vente de l'Audi est d'au moins 55 800 euros. Cela semble être injuste à première vue, mais il y a des explications à cela, rien que pour la transmission intégrale, les performances et la qualité de fabrication. Pas suffisant cependant pour faire oublier que le véhicule a, sous son capot, un 4 cylindre. Toutefois, Audi essaie de trouver des justifications à travers des nouveaux éléments comme les jantes 18 pouces, le GPS, l’amortissement piloté, l’aide au stationnement arrière, Xénon Plus et le virtuel cockpit.

Mais le fossé tarifaire est trop grand entre les deux modèles, et il est difficile de ne pas penser à une exagération de la firme allemande. A quel prix Ford propose-t-il sa nouvelle Mustang ? Le prix de départ est de « seulement » 29 000 euros, soit 26 800 euros de moins que l’Audi TouristTrophy. Même le prix le plus élevé est de 18 000 euros de moins que celui du prix de départ de l’allemand. Pourtant, la Ford Mustang GT V8 est également bien lotie en termes d’équipement. Sa climatisation automatique 2 zones, son alarme, sa sellerie cuir, son caméra de recul et ses jantes alliage de 19 pouces en sont les principales preuves. L’Audi TTS risque de connaître un revers si son constructeur ne revoit pas ses ambitions financières à la baisse. Comment en effet résister à un modèle qui est seulement en début de commercialisation en France et qui, de surcroît, est proposé à un prix « plus abordable » ? Rappelons par ailleurs que le véhicule en question est la suite d’une légende populaire auprès des inconditionnels des voitures sportives depuis les années 1960, l’année 1964 pour être plus précis.

Il faut cependant le rappeler, « les goûts et les couleurs ça ne se discute pas ». Malgré que nous les ayons mis sur un même terrain, l’Audi TTS et la Ford Mustang ne devraient vraiment pas se trouver dans un même « panier ». Ce sont en effet deux philosophies différentes et deux façons de concevoir ce qu’est une voiture sport. Si Ford a opté pour la vitalité et l’excès pour sa Mustang, Audi a surtout misé sur la fermeté et les prouesses pour sa TouristTrophy. C’est le principal intérêt de ce face-à-face. Un élément devra être ajouté après quelques mois de mises sur le marché des deux produits : leur performance commerciale.