Mercedes Classe A : nouvelle arme de séduction de Mercedes

On n’abandonne pas un système qui marche. Conscient que sa croissance à deux chiffres enregistrée actuellement est due à sa stratégie basée sur le restylage de modèles anciens, Mercedes a décidé de développer une Classe A renouvelée. Cette dernière est-elle mieux armée pour faire de l’ombre à ses adversaires directs ?

Peu de changements à l’extérieur


Le timing est raisonnable. La Classe, il faut le rappeler, a en effet vu le jour en 2012. Mais ce restylage n’a pas été fait par hasard. Sa réalisation a été basée sur la nécessité pour la marque de trouver une nouvelle arme de séduction auprès d’une clientèle plus jeune. Qu’y a-t-il de meilleur pour cette dernière qu’une voiture avec un facelift évoquant plus de sportivité et de dynamisme ? Mercedes est resté toutefois fidèle à sa formule, elle offre d’importants changements à l’extérieur à part un parechoc avant redessiné, des projecteurs LED réputés pour leur performance, un parechoc plus compact à l’arrière, une grille de calendre diamant et des jantes élargies.

 

Plusieurs finitions au choix


La structure de ligne reste quasiment la même que celle de la précédente génération. Quatre finitions sont proposées aux personnes souhaitant acheter le véhicule : Intuition, Inspiration, Sensation et Fascination. A celles-ci sont jointes la version Sport et la déclinaison AMG ainsi que les versions Business et Business Executive.

La version la plus basique de la Classe A restylé est dotée de divers équipements propices à la sécurité, en ne citant que l’Adaptative Brake et sa fonction Hold, l’assistance au freinage adaptatif du système d’avertissement et le système de détection de somnolence. En termes de connectivité, elle permet de profiter d’un navigateur internet sur écran plan et d’une interface média USB dans sa console centrale. En supplément, l’utilisateur aura accès au Dynamic Select permettant de passer de l’un à l’autre des quatre modes de conduite proposés.

 

Modifications sous le capot


Les nouveautés les plus importantes de la Classe A se trouvent surtout… sous le capot. Désormais, on aura le choix entre 13 motorisations affichant des puissances allant de 90 à 381 chevaux, dont huit à essence et cinq blocs diesel.

Deux nouvelles options sont disponibles pour les inconditionnels de moteurs à essence : l’A160 de 102 ch à 5,4 l/100 km et 124 g de CO2 et à essence : l’ A180 BE édition de 122 ch à 5,2 l/100 et 120 grammes de CO2. Les personnes attachées aux blocs diesel auront, en entrée de gamme, un 160 d de 90 ch à 3,7 l/100 km et 98 g de CO2. La version la plus avancée dissimule sous son capot A 220 d de 177 ch à 4,1l/100 km et 107 g.

 

Le prix de vente de la voiture


Le budget minimal qu’il faut pour disposer d’une nouvelle Classe A est de 23 950 euros. Ce prix correspond à la finition Intuition motorisée par l’A160 de 102 chevaux. Il faut plus du double, ou plus précisément 55 150 euros, pour avoir la version AMG, la plus chère. 45 050 euros sont nécessaires pour l’acquisition de la version Sport. La version business coûte au moins 28 300 euros. Il faut 3 500 euros de plus pour la version Business Executive.