Mercedes SLS AMG : retour sur les atouts et les défauts

Depuis quelque temps, Mercedes a fait entrer dans sa collection pour Sport la GTS. Ceci a incité certains observateurs à parier pour une disparition imminente de la Mercedes SLS AMG. Ont-ils raison? Pour la réponse, revenons sur un super test réalisé en 2010 sur ce véhicule par Sébastien Bourdais.

Une sportive qui se conduit avec délicatesse


Sébastien Bourdais a recommencé ce qu’il a fait au cours de ses années de gloire dans la F1, la F3, la F3000 et le Champ Car. Comment résister à la tentation de brusquer, voire de brutaliser, quand on est un habitué de la piste ? Toutefois il s’est rendu compte rapidement de son erreur. Bien que donnant l’impression d’une GT ultra résistante, la Mercedes SLS AMG est plutôt destinée aux conducteurs faisant toujours preuve de douceur, même dans la rude épreuve de l’adversité. Ce qui a poussé l’ancien pilote à se retenir, même si le terrain choisi pour ce supertest se nomme « Boucle Nord du Nürburgring ».

Sébastien Bourdais, même agacé par ses erreurs, n’a cependant pas manqué de préciser qu’il était au volant d’une très belle GT, un véhicule doté d’un grand nombre de chevaux, mais insuffisant pour oublier que la Mercedes SLS AMG pèse plus lourd que la plupart de ses rivales directes. En faisant appel à plus de 60% de ces capacités, le conducteur risque de voir sa très belle GT connaitre une instabilité et un échauffement rapide de ses pneus.

 

Un véhicule avec des qualités et des défauts


Ce supertest fut une grande occasion pour l’ex-pilote de Formule 1 d’en connaitre plus sur les différents modes de correcteur de trajectoire. L’expert a trouvé un écart de 4" sur le meilleur chrono avec ESP Connecté. Cependant grand fut son soulagement en constatant que cette différence n’est plus que de 0’’5 avec le mode Sport, sans oublier d’apporter des améliorations sur l’ESP. La confiance dans l’univers de l’adversité devient heureusement plus intense en Sport+, mais cela ne pourrait pas empêcher la boite d’oublier de rétrograder. Aucun désagrément n’est à craindre si, dans cette circonstance, on choisit d’appeler les rapports en manuel. On peut donc qualifier la Mercedes SLS AMG de sportive « à gestion complexe ».

Les points positifs de ce véhicule restent cependant nombreux. Les plus notables concernent le moteur, source d’un bruit agréable (pour un sportif surement) et les freins, qui ont fait preuve d’efficacité au cours de ce supertest. Difficile également de ne pas parler de la rigidité du châssis alu et des remontées d’informations, entre autres. Et malgré les écarts avec le meilleur chrono, le véhicule se positionne mieux que bon nombre de ses adversaires directs en termes de performance. Ce n’est pas surprenant, vu la supériorité du moteur de la SLS par rapport à la V10 de la R8.

 

Une voiture difficile à piloter


La rédaction du site automobile n’a pas tardé, après ce test, à donner son avis sur le Mercedes SLS A MG. Elle n’a pas hésité à qualifier la sportive de la marque allemande de véhicule à « sale caractère ». Comme l’Ex-pilote de Formula 1 a en effet pu le constater, ce dernier est efficace, communicatif et docile si le pilote possède aussi les mêmes qualités. Sinon, il promet la tourmente et la difficulté de gestion aussi bien en piste que sur la route.