Nouvelle Mercedes GLE : ce qu’il faut savoir

Son nom est Mercedes GLE et semble désigner une nouvelle lignée de véhicule au sein de la firme allemande. Pourtant, il ne s’agit que de la version la plus récente de la ML, condamnée à disparaitre suite à l’adoption de la nouvelle politique de naming par le constructeur.

Une manière de retrouver le sommet du segment des grands SUV


Malgré ses 1,6 million d’unités vendues dans le monde, pour un lancement en 1997, le ML n’a pu empêcher la disparition. Le pachydermique GL ne tardera surement pas à le suivre, pour laisser la place à une certaine GLS. Cette dernière est censée affronter le public pour la première fois au mois de janvier prochain, à Detroit. La GLK, un presque compact a déjà remis le flambeau à la GLC.

Comment expliquer cette politique de naming ? On sait que tous ces nouveaux noms servent à désigner des berlines et de vrais coupés se partageant la catégorie des Classe E, Classe S et Classe C. Rappelons par ailleurs que la postérité de la Classe A est actuellement assurée par la GLA. Désormais donc, tous les nouveaux modèles devront avoir un nom commençant par la lettre G, une décision inspirée du « Gelander », le plus ancien modèle de Mercedes encore en production. Cette politique de naming devra surement aussi être liée à la décision de l’ancien responsable des appellations des SUV Mercedes de rallier l’ennemi Volkswagen.

En réalité, la GLE n’est autre que la troisième génération de la ML. Est-ce vraiment le moment propice pour un restylage ? La réponse est oui vu la difficulté de ce modèle de s’imposer dans divers pays occidentaux. En 2014 où le X5 de BMW enregistre 3 420 immatriculations, son concurrent de chez Mercedes n’a fait que 1 382 unités. Il a pu cependant se consoler après avoir vu les 704 unités affichées par la Cayenne de Porsche.

 

Changements minimes, mais utiles en interne comme en externe


Dire que le restylage était inutile serait injuste. Pour bien faire face à ses concurrents directs, le grand SUV s’est doté d’une esthétique bien meilleure que celui de son prédécesseur. En plus, il a subiquelques retouches à bord et connait désormais une efficience améliorée. Cette dernière est due, entre autres, à une nouvelle boîte automatique 9 rapports, pour les versions diésel et la possibilité d’une transmission 2WD avec le Diesel d’accès. Il ne faut également pas oublier l’existence dans ce modèle des systèmes d’aide à la conduite faisant la fierté des Classe E et Classe C et surtout la possibilité de se fournir un avant-gout de la conduite autonome avec le régulateur de vitesse et de distance Distronic Plus. Difficile de ne pas faire mention de la version hybride rechargeable après ce passage, celle dont nous aurons l’occasion d’en parler dans nos prochaines éditions.

Dans cet article, nous nous contenterons des versions diésel de la GLE classique, celles qui n’auront surement pas du mal à conquérir les inconditionnels des grands SUV en France. À cause de ses nouveautés, la nouvelle Mercedes GLE se vend plus cher que la ML, mais son prix s’apparente à celui du BMW X5, c’est à dire entre 59 600 et 79 400 euros pour le Diesel et de 66 700 à 99 600 pour l’essence.

 

Un grand SUV plus viril


Pas trop de réels changements au niveau de l’apparence. Les quelques petites modifications suffisent cependant pour rendre le grand SUV encore plus moderne et viril. Parmi celles-ci, les plus notables sont la grille de calandre à deux lamelles horizontales, les prises d’air sur le pare choc, lui aussi retouché, les optiques avec deux feux de jour et les passages de roues plus galbés et le capot moteur à deux brossages. Les nouveaux blocs optiques à LED divisés en deux parties se trouvant à la partie arrière méritent également d’être cités, au même titre que les nouvelles sorties d’échappement chromées se trouvant en bas du parechoc. Ces dernières disposent aussi d’une protection chromée de sa base. Pour ce successeur du ML, Mercedes a pensé qu’il faut accroitre les différences en apparence des trois finitions GLE/Executive/Fascination et de la Sportline. Cette dernière rappelle notamment les deux versions AMG, grâce surtout à ses prises d’air étendues à l’avant, ne disposant pas d’insert chromé.

 

Une habitabilité satisfaisante


Avec ses 4 819 mm de long, la GLE dépasse de 15 millimètres la Classe M. Elle peut cependant être qualifié de compact par rapport à la Porsche Cayenne de 4855 mm et le Range Rover Sport de 4850 mm. Elle n’a rien à envier en termes d’habitabilité à un X5 qui compte, dans son plancher de coffre en troisième rang, des strapontins repliables. Et sur ce point, le futur X7, plus généreux ne tarderait pas à lui faire de l’ombre. Malgré cela, la GLE est bien placée en termes d’habilité, par rapport à la plupart de ses autres concurrents.

Mercedes n’a pas pensé à ajouter une unité à la largeur et à la hauteur de son grand SUV. Ce dernier dispose ainsi d’un volume de 4819 mm x 1935 mm x 1840 mm. Ses 3075 mm entre les deux essieux le place en tête de liste en termes d’empattement, devançant l’étonnamment long XC 90 de Volvo et ses 4,95 m de longueur et de ses 2,98 m entre les empattements. Ce qui permet donc à ce véhicule d’offrir jusqu’à 5 places à bord. L’habitabilité ne devra pas ainsi constituer un obstacle à l’achat de ce modèle. Pour les bagages, un coffre de 675 litres est disponible. La capacité de chargement est même bien meilleure que celle de la plupart des concurrents grâce à la possibilité de rabattre la banquette.

 

Du raffinement à l’intérieur


Le classicisme Mercedes a été préservé sur la planche de bord. On ne peut cependant dire que cet élément n’a connu aucun changement. Il a en effet reçu un nouvel écran flottant de 8 pouces au lieu et à la place de l’habituel 8 pouces. Il est également difficile de ne pas faire mention des inserts décoratifs embellissant la bande au-dessus de la boite à gants.

Le volant trois branches du nouveau grand SUV de Mercedes ne devra pas également passer inaperçu. De même pour la tablette tactile se trouvant devant l’accoudoir et pour le nouveau dispositif de choix de mode de conduite Dynamic Select. Ce dernier donne la possibilité d’adapter la direction, le contrôle de stabilité et la hauteur du véhicule relativement à l’humeur du moment. Les personnes étant parvenues à accéder à l’intérieur de la nouvelle Mercedes GLE ne devraient pas aussi oublier de parler de l’ergonomie bien pensée, de la position de conduite parfaite et de la qualité du soutien des sièges. A ces atouts pourront encore être ajoutée la qualité des matériaux et de l’assemblage. Bref, rien à reprocher donc à l’intérieur de ce véhicule.

Pour rappel, ce modèle de Mercedes est produit en Alabama, sur le site américain emblématique du groupe allemand de Tuscaloosa.

 

L’enterrement de la BMW X6 comme objectif


Mercedes est fatiguée de se mettre à l’ombre de BMW sur le segment du GLE coupé. La version Coupé du GLE, avec 8 centimètres de plus que la version classique et une haute légèrement réduite, peut en effet mettre la BMW X6 aux oubliettes. Mais cette dernière pourra déjà se retirer du marché la tête haute grâce à ses 300 000 unités écoulées depuis 2008. Elle pourra par ailleurs encore résister quelques années si son constructeur soutient la thèse de « plagiat » émise à l’encontre de Mercedes. Ce qui pourrait mettre à mal la firme à l’étoile qui pense que le Coupé devrait représenter les 30% des ventes de la famille, malgré ses surplus de 5000 euros par rapport à la version classique et de 75kg par rapport à la version traditionnelle. Cette dernière elle, pour se faire un nom, pourra se baser sur son réel potentiel en tout terrain.

La version coupée de la Mercedes GLE a d’autres atouts à mettre en valeur pour séduire les inconditionnels de grand SUV. Tel est le cas de son style sportif, incarné par ses jantes de 20 et 21 pouces, ses suspensions plus consistantes, ses mécaniques de 6 et 8 cylindres et son moteur V6 diésel pouvant développer jusqu’à 258 chevaux ou le moteur similaire essence de 333 chevaux. En dehors des versions de base, au lieu et à la place du V8 de 435, Mercedes a préféré le V6 biturbo de 367 chevaux. Ce moteur est proposé en entrée de gamme des versions AMG. Pour un supplément de 40 000 euros, on peut profiter pleinement des qualités des AMG V8 63 (557 ch) et 63 S (585 ch). De quoi permettre à ce grand SUV de Mercedes de bien se mesurer au X6M.