Affaire Volkswagen : « Transport & Environnement » dénonce d’autres grands constructeurs

Un rapport de « Transport & Environnement » démontre que le scandale qui secoue l’industrie automobile avec l’affaire Volkswagen n’est que le début d’un véritable cataclysme. En effet, outre le constructeur allemand, ce cabinet accuse également d’autres grands noms de tricherie.

Tests effectués sur les voitures : des calculs imprécis


« Transport & Environnement » met d’abord les points sur les « i » en expliquant que les émissions d’oxyde de nitrogène, mis en cause par l’affaire Volkswagen, étaient cinq fois supérieures aux limites autorisées, après les tests effectués. Toutefois, ces émissions peuvent très bien aller jusqu’à dix fois les limites autorisées, car elles dépendent notamment de l’utilisation du véhicule. Des différences qui s’expliquent par des calculs non précis. Bref, c’est ce que préconise ledit rapport. Pour le cas des voitures de la marque allemande, elles ont toutes passé les tests en laboratoire avec réussite.

Pour enfoncer le clou, le rapport fait état de 5,1 fois plus de gaz que la limite pour la Citroën C4 Picasso, 9,9 fois pour la BMX X3 et enfin 9,5 fois plus de gaz pour l’Opel Zafira Tourer.

Pour « Transport & Environnement », la situation ne fait que s’empirer. En effet, les tests, respectant les paramètres Euro 6 Diesel en situation réelle, ont permis de savoir qu’un seul véhicule sur 13 demeure en dessous de ladite limite. Pire, en zone urbaine, les 80mg/km de limite imposée par la règlementation peuvent atteindre en moyenne jusqu’à 800mg/km.

 

Infractions sur les nouveaux modèles de voitures


Les nouveaux modèles de voitures vendues sont montrés du doigt. Pour toutes les Mercedes, le BMW série 5 ou la Peugeot 308 par exemple, une différence de 50% a été enregistrée entre les tests sur route et ceux en laboratoire. Pour la Renault Clio IV, la différence a quasiment doublé en passant de 19% à 34%.

Pour ce cabinet, le but n’est pas d’accuser les autres constructeurs d’avoir utilisé un logiciel espion ayant permis de modifier les résultats de ces fameux tests. Il veut surtout mettre en cause la règlementation qui selon lui, est « incompatible avec les faits ».

Pour « Transport & Environnement », il faut au moins, changer les tests, car en aucun cas, ceux effectués en laboratoire ne peuvent correspondre avec la réalité qui doit faire face aux freinages, aux accélérations et autres embouteillages.

Ceci avant que d’autres révélations n’éclatent.