La course aux Crossovers : Renault veut corriger le tir

La course aux crossovers a bien débuté. Depuis un certain temps, les constructeurs d’automobiles se sont concentrés sur les SUV. La raison ? Ces derniers représentent un grand enjeu dans l’industrie automobile. En France seulement, ils représentent environ ¼ des ventes.

Dans les autres pays, ce genre de véhicule tient également une place importante. Mais, le plus étonnant dans l’histoire, c’est de savoir que la marque au losange était passée à côté de cette course ou presque.

Il faut tout de même rappeler que Renault a sorti la Koleos. Alors que de leur côté, les autres constructeurs développaient d'autres produits encore plus perfectionnés tels que la Volkswagen Tiguan, la Mazda CX-5 et plus spécialement la Peugeot 3008 qui a connu une popularité incroyable notamment en France.
 

Renault réalise son erreur


Apparemment, le retard de Renault dans ce segment est dû au choix qu’il a fait. Au lieu de faire confiance à Nissan, la société a préféré voir du côté de Samsung. La marque japonaise était pourtant le partenaire idéal puisqu’elle a déjà sorti la Qashqai. Le leader français met 8 ans pour comprendre au lieu de corriger son erreur. D’où la présentation de Renault Kadjar suite à une coopération entre Renault et Nissan.

La ressemblance entre les deux voitures se fait constater. Tout d’abord au niveau de leur nom ; ils sont tous les deux un peu incompréhensibles (notamment pour ceux qui sont débutants en langue de Nippon). Mais la seule différence, c’est que le « Qashqai » du Japonais est un peu difficile à écrire. Certains sont tentés de mettre un « U » après le « Q ».

Côté composant, 60% des outils utilisés sont identiques. L’objectif est simple : réduire le coût de la voiture. Mais ce n’est pas vraiment réussi puisque le prix de vente de la voiture japonaise est au départ à 22 250 euros alors que celui du modèle Français débute à 22 900 Euros.

 

Renault apporte sa touche personnelle


Certes, il existe une similitude, mais la marque au losange a tout de même pris soin d’imposer sa touche personnelle notamment sur l’allure. L’apparence du Kadjar ressemble à celui d’une Captur, mais en version XXL. Bien sûr, côté finition, cette nouveauté est encore loin de son petit frère. Ce dernier, rappelons-le, est doté d’une tablette tactile R-Link 2. Toutefois, le nouveau véhicule intègre déjà le GPS, la radio numérique ainsi que d’autres technologies innovantes.

En matière de carrosseries, on reconnaît qu’il s’agit d’un produit Renault. Sa longueur atteint jusqu’à 4,45 m. L’espace est donc au rendez-vous. Cela permet aux passagers des places arrière de se sentir vraiment à l’aise. Proposée en version 4x4, la voiture proprement dite possède une garde au sol de 20 cm. L’angle d’attaque et de fuite est de 18 et 28°. Il s’agit donc d’une voiture tout-terrain.

Pour aider le conducteur dans les situations difficiles (une sortie hors de la route bitumée par exemple), Renault propose deux options. Le premier, le mode auto. Il permet de gérer automatiquement la répartition du couple aux roues. Le second, le mode Lock. Il bloque le couple à égalité entre les essieux. Le recours à cette option sera donc envisageable dans les situations les plus difficiles d’autant plus qu’elle est active aux environs de 40 km/h. Autre bonne nouvelle, la capacité du coffre s’avère plus importante que celle de son cousin le Qashqai. Elle augmente d’environ 42 litres.

 

Une voiture très confortable


Renault a également misé sur le confort de l’auto. Les sièges sont un mélange de tissu et de similicuir. Ils permettent de maintenir le bassin dans une condition moelleuse. De cette optique, le long voyage ne sera plus désagréable. Même si les jantes sont de19’’, les suspensions s’avèrent d’une souplesse incroyable. Tout le monde trouvera son bonheur avec cette voiture destinée à la famille.

Le côté motorisation de la voiture reste encore à améliorer. Elle n’est disponible que sur un bloc essence 1,2 Tce 130 ch et deux diesels110 et 130 ch. Il va falloir proposer quelque chose de mieux si Renault veut être populaire dans les pays comme l’Allemagne et la Chine. La société projette en effet de commercialiser le produit en Chine avec l’aide de Dongfeng. Mais pour le marché hexagonal et les pays africains, cette motorisation est parfaite du moins pour le moment. Mais il faut tout de même savoir que le bloc 1.6 dCl souffre du poids supplémentaire de la transmission 4x4. En revanche, la consommation demeure maîtrisée.

 

C’est le bon timing ?


Renault a été bien en retard dans la course aux crossovers. Pour revenir dans la partie, il a décidé de s’allier avec Nissan. Cette coopération avec le Japonais est un atout pour la marque au losange. De plus, Renault possède déjà un marché important en France. Sa réussite dans cette tentative semble donc inévitable. Toutefois, pour espérer rattraper les autres, le concepteur français devra être plus créatif. Il doit offrir beaucoup de nouveautés que le Renault Kadjar n’intègre surement pas pour le moment.

Pour conclure, en réalisant un test sur la nouveauté de Renault (Renault Kadjar dCi 130 ch 4x4 en finition Edition One), on a pu constater que certains points doivent encore être améliorés.Le poids de ce véhicule reste encore en problème vu son moteur. En effet, le 130 ch souffre vraiment. Son prix de lancement est un peu au-dessus de son cousin japonais. Toutefois, le confort ainsi que l’espace offert par cette voiture restent exceptionnels.