Renault va s’attaquer à l’importation en Chine

A partir de 2016, Renault va s’attaquer à l’importation en Chine. Désormais, ce vieux continent bénéficiera des derniers modèles haut de gamme de la marque au Losange.

La Renault Espace, les Chinois sont prêts


Depuis la levée de voile de ses derniers modèles en date, Renault cherche à envahir tous les marchés. La Chine est la prochaine cible du groupe. Certes, les Chinois attendent avec impatience la concrétisation du projet, car Renault compte importer dans le vieux continent sa version Espace à partir de l’année prochaine. S’il se réalise, il pourrait passer à la production sur place, dans l’usine de Wuhan. Le géant au losange tient beaucoup à ce nouveau monospace ; grâce à sa qualité exceptionnelle, il arrivera certainement à gagner du terrain sur le marché.

 

Renault sera accueillie de bon gré à Wuhan


Un responsable au sein de Renault assure que, comme l’usine à Douai est déjà sur la bonne voie, il n’y a pas de raison que le projet Wuhan ne voit le jour. D’ailleurs, la Renault Espace hérite de la plateforme des SUV dont l’assemblage est prévu dans cette ville. Ce genre d’industrialisation permettrait en tout cas de multiplier la production de l’Espace puisqu’on prévoit aujourd’hui une production d’environ 40 000 unités par an, à Douai.

Pour l’usine de Wuhan, le Groupe doit commencer sa fabrication au début de l’année 2016. Renault Kadjar aura le privilège d’être le premier modèle Renault produit à Wuhan. Jacques Daniel, patron du Projet Chine de la marque a même déjà introduit brièvement la future naissance d’un deuxième SUV, plus volumineux, fin 2016. Profitant de toute l’expérience de Nissan, l’allié qui assemblé en Chine près d’1 million de véhicules par an, le site devrait disposer de plus de 2.000 salariés au démarrage. D’après Jacques Daniel, le coût du projet peut atteindre à un peu moins d’un milliard d’euros. L’autorisation des autorités chinoises vaut pour des capacités de 150.000 unités. Selon lui, ce nombre sera comblé avec les deux SUV pour le moment. « Mais notre intention est d’aller beaucoup plus loin » insiste-t-il.

 

La Talisman sera-t-elle aussi produite en Chine


Renault envisage de produire vers 2018 la berline "premium" Talisman, présentée récemment en France et sera aussi lancée en Chine en fin d’année. Le Vieux continent devrait donc se présenter comme un carrefour important pour les nouveaux modèles Renault haut de gamme, qui seront aussi assemblés en Corée dans la filiale Renault Samsung Motors. En fait, l’Asie satisfait le mieux l’investissement de la marque au losange dans le "premium" car, en Europe, son image est plutôt celle d’un constructeur généraliste de petites voitures. Son potentiel est encore limité pour y commercialiser plus de 35 000 euros. La Chine pourrait alors se présenter comme un « carrefour international » de la firme française. A l’horizon 2020, Renault envisage d’y produire « jusqu’à 750 000 voitures (…) il faudrait quasiment que je bâtisse une nouvelle usine tous les ans et demi », affirme Jacques Daniel.