Voiture à diesel : l’Etat français appuie Renault et PSA

Le gouvernement français fait de son mieux pour protéger le secteur automobile contre la controverse engendrée par le fameux scandale de Volkswagen sur le test antipollution. Trois autorités entrent en jeu pour soutenir Renault et PSA dans leur projet diesel.

Le gouvernement français se montre actif


Le scandale des véhicules Volkswagen pourrait laisser des stigmates aux constructeurs tricolores. Le gouvernement français prend alors des mesures pour appuyer et protéger Renault et PSA contre les suspicions, suite au scandale Volkswagen. Manuel Valls, Emmanuel Macron et Ségolène Royal sont là pour soutenir l’industrie automobile française. Ainsi, le ministre de l’Economie et de l’Industrie, Emmanuel Macron, a dénoncé les Américains les qualifiant de « moins ouverts au diesel »et selon lui ils veulent instrumentaliser à tout prix ce scandale pour affaiblir l’industrie automobile européenne. Pas question donc pour lui que l’affaire Volkswagen devienne un « scandale diesel », ceci aurait des répercussions sur les champions français de l’automobile.

 

Une mise au point qui plait aux constructeurs


C’est un concours de circonstances, car il avait lui-même prévu depuis longtemps de réunir l’après-midi le Comité stratégique du secteur automobile sur le site du sous-traitant Lisi Automotive dans le Val d’Oise. Le même ministre de dire de « ne pas s’emballer et tout confondre ». Il a voulu insister que cette fraude n’était pas une triche liée au moteur lui-même, ni au principe du diesel. Une mise au point saluée par les marques françaises. De son côté, le premier ministre Manuel Valls a estimé qu’envisager un arrêt définitif du diesel, comme l’a demandé certains partis politiques, n’était pas une attitude sérieuse. Il a indiqué qu’ « il faut garder le sans froid » sur ce sujet et que la priorité est maintenant de développer la voiture électrique, accroitre le renouvellement du parc automobile, car ce sont les anciens véhicules qui polluent le plus, alors que des rebonds importants ont été effectués sur les voitures neuves, à diesel comme à essence. Ainsi, les constructeurs tricolores ont surement été ravis d’entendre ces quelques mises au point.

 

Démonstration du contrôle anti-pollution


Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, s’est montré soucieuse de cette affaire, lors d’une interview, en affirmant qu’elle allait faire elle-même une démonstration du processus de contrôle anti-pollution, ce qui a par ailleurs déclenché au passage l’ironie des experts de l’anti-pollution. Elle disait qu’elle irait à Monthéry où se situe le centre de contrôle de la pollution des véhicules. Des voitures tirées au sort vont subir des tests qui ne concerneront pas uniquement les Volkswagen, mais aussi les voitures de marque française. Elle a tenu à préciser qu’il s’agit d’une demande de Renault et PSA. Au cours d’une réunion au ministère de l’Ecologie, le 24 septembre 2015, entre le ministre Ségolène Royal, PSA et Renault, les marques françaises avaient elles-mêmes proposé un test aléatoire sur des voitures tirées au sort et organisé par une commission indépendante. Histoire de prouver au grand public que leurs véhicules n'étaient pas en faute, à l’inverse du cas allemand.

 

Diesel : meilleur moyen anti-CO2


D’après un récent sondage, 9 français sur 10 soupçonnent que d’autres marques que Volkswagen contournaient aussi la loi sur les émissions polluantes. C’est troublant puisque le diesel est une spécialité historique des constructeurs français, détenant environ 45 % des ventes de Renault dans le monde et presque 50% de celles de PSA. Les véhicules à gazole se vendent à 59% du marché français durant les neuf premiers mois. Le diesel a depuis longtemps été encouragé par l’autorité publique au nom de la diminution de la facture pétrolière et récemment de la lutte contre les émissions de CO2. Les voitures à diesel consomment 15 à 20% de moins que celles à essence et rejettent ainsi du gaz à effet de serre en moins. Les consommations et le CO2 sont effectivement liés. Bref, le diesel est le meilleur moyen pour lutter contre le réchauffement planétaire. Place à l’action.